PortailAccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Calith Nealyn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Calith Nealyn
Maître magicienne
avatar

Messages : 42
Date d'inscription : 08/05/2008
Age : 24
Localisation : Erre un peu par là, mais aussi ici...

Feuille de personnage
Age du perso: 34 ans
Métier: Maître magicienne
Village:

MessageSujet: Calith Nealyn   Jeu 8 Mai - 18:06





Nom : Nealyn

Prénom : Calith

Age : 34 (Née le 21 mars 1974)

Situation Familiale :
Ses parents sont morts il y a bien des années et elle n'a jamais eu de soeurs ou de frères. Sa seule famille et sa Guilde et son seul enfant sera probablement son apprenti.
[Si quelqu'un veut incarner ce mystérieux "messager" qui apparaît plusieurs fois dans l'histoire...]


Physique :
Malgré son âge quelque peu avancé, Calith a gardé son apparence de jeune fille. Bien entendu, elle n’a pas l’allure d’une fillette, mais plutôt celle d’une femme mûre. De longs cheveux d’un noir d’ébène tombent en cascade sur ses frêles épaules. Ils encadrent son doux visage en cachant ses quelques imperfections. Aucune ride ne vient encore troubler ses traits réguliers (mais cela viendra sans doute bientôt…). Ses yeux aussi noir que le charbon sont protégés par de fins cils et de broussailleux sourcils. Ils pétillent sans cesse de curiosité envers toutes les merveilles du monde mais son profond regard cache aussi une grande sagesse et une connaissance infinie. Son nez est plutôt normal, bien placé (bien qu’elle le trouve soit trop gros, trop grand, trop mince, trop…) et lui est d’un grand secours pour reconnaître toutes les effluves, qu’elles soient naturelles ou artificielles. Sa bouche, composée de lèvres légèrement rosées et de dents blanches (encore toutes intactes !) lui est tout aussi utile pour goûter aux milles saveurs de ce monde. Sa fine et élancée silhouette lui donne une agilité et une souplesse naturelle mais en contrepartie, elle ne lui offre que très peu de force. Calith porte la plupart du temps des vêtements sombres et souples qui la dissimulent du regard du peuple et qui lui permettent d’agir facilement. Elle ne porte cependant aucun ornement artificiel que sont les bijoux et ne s’encombrent pas de choses inutiles. Pour terminer, son allure générale fait d’elle une jolie femme sans la rendre irrésistible et lui permet d’avoir une condition physique plus que bonne.

Caractère :
Calith possède un caractère pour le moins… complexe. Il est dominé par une soif de connaissance absolue, de savoir, de recherches infondées et inexpliquées, d’une curiosité parfois indécente. Elle aime apprendre et veut tout savoir des mystères qui peuplent ce monde, surtout en ce qui concerne la magie. Elle a un grand souci de justice et ne supporte pas que celle-ci soit bafouée. Pour elle, tout doit être régler dans de bonnes conditions, sans aucune corruption et sans braver l’honneur de quiconque. Généreuse par nature, elle aime aider et se soucie du bien de tous. Néanmoins, sa naïveté de son enfance lui a coûtée et elle reste maintenant très méfiante et n’accorde sa confiance qu’à très peu de gens. Elle déteste l’hypocrisie, le mensonge et toute forme de cruauté. D’une nature calme, paisible et sereine, elle ne perd que rarement son sang froid. Elle pense que tout l’univers et relié par la logique par conséquent elle ne se sert que de celle-ci et n’écoute que très peu souvent les élans de son cœur. Têtue et obstinée, elle va toujours au bout de ce qu’elle a choisi : sa détermination est sans faille. Le revers de cette qualité est qu’elle n’écoute pas toujours les conseils des autres et plonge tête baissée dans des pièges parfois bien grotesques. Très fière et digne, elle n’accepte pas d’être blessée dans son honneur mais elle sait cependant tirer leçon de ses erreurs et accepte parfois d’être aidée et d’apprendre de ses confrères. En bref, Calith est pleine de bonté mais elle ne sait parfois pas comment s’en servir.



Peuple :
Peuple d'Ys. Pourtant, elle considère appartenir à aucun peuple, mais à tous, cherchant ainsi à consolider les liens qui unissent la population de ce pays.

Village :
Sa résidence demeure toujours à Ys, bien qu'elle n'y soit pas retournée depuis la mort de ses parents. De plus, sa condition de Maître Magicienne ne lui permet pas d'avoir un domicile fixe. Cependant, elle affectionne beaucoup les petits villages tranquilles comme Troïl ou Krakal.

Métier : Maître magicienne

Position :
Allégeance à la bien-aimée princesse d’Ys, suite à ce que cette dernière lui ai fait don de ses extraordinaires pouvoirs.

Autre :
J’aimerais comme rang si c’est possible : « Maître magicienne ».


[Arf ça tient pas, je mets l'histoire plus bas Rolling Eyes ]


Dernière édition par Calith Nealyn le Sam 10 Mai - 16:39, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Calith Nealyn
Maître magicienne
avatar

Messages : 42
Date d'inscription : 08/05/2008
Age : 24
Localisation : Erre un peu par là, mais aussi ici...

Feuille de personnage
Age du perso: 34 ans
Métier: Maître magicienne
Village:

MessageSujet: Re: Calith Nealyn   Sam 10 Mai - 16:40



Histoire :
Il y a de cela de longues années, 34 ans jour pour jour pour être exacte, naquit une petite fille nommée Calith Nealyn. Elle aurait pu être ordinaire, avoir une enfance ordinaire, mener une vie ordinaire et la terminer toujours en étant ordinaire. Mais ce ne fut pas le cas. Pourquoi ? pouvait-on se demandait. La raison était toute simple, tout comme cette superstition incroyable : elle était née la nuit de l’équinoxe de printemps, c’est-à-dire le 21 mars. Des milliers d’enfant naissaient chaque année et pourtant, Calith seule avait eu le privilège de goûter à la vie à ce moment mystique. Des émissaires venant de tous les coins du pays avaient accourus pour assister à se prodige. Les heureux parents, qui n’avaient que faire de ces histoires et qui n’en tiraient aucune satisfaction, renvoyèrent tous ces badauds bien trop curieux. Parmi eux se trouvait un messager du roi Gradlon le Grand qui venait s’enquérir de l’étrangeté de la situation. Le messager, apercevant qu’il n’était guère désiré partit en même temps que le reste de la foule. Il fit part de l’indifférence des parents à l’égard de la magie à son souverain. Celui-ci pouvait comprendre ce refus de cette chose abstraite et étrange qu’était la magie. A cette époque, ceci était plus perçu comme une chose maléfique que bien faiseuse. Le roi concevait donc que ces parents, par amour pour leur enfant, récusent ces pouvoirs. Lui-même venait aussi d’avoir une petite fille, nommée Dahut. Et pour rien au monde il ne souhaiterait la perdre. Par conséquent, il ordonna à son espion de veiller, d’observer cette petite fille sans se montrer ou nuire à son épanouissement. L’homme obtempéra et s’acquitta fort bien de sa tâche. Jamais personne ne le découvrit et il informa de jour en jour son seigneur de l’apprentissage de la jeune fille. Ce serait barbant, ennuyant devrais-je dire, de raconter ces journées sans intérêt dans le détail mais il est important d’en connaître le résumé pour comprendre la suite des événements. Calith, donc, grandissait. Elle était curieuse de nature et touchait à tout. Elle aimait apprendre, et bientôt, elle connaissait tout de son village, de ses spécialités, de sa géographie, de sa population… Elle se mit à observer la logique et la nature. Tout l’intéressait et jamais elle ne rechignait au travail. Toujours agréable et joyeuse, le peuple se plaisait en sa compagnie. Elle aimait parler aux arbres, aux animaux, et même aux pierres et aux ruisseaux bien que sa mère l’interrompît souvent dans ses méditations. Elle répliquait un « chut » rageur en maugréant mais obtempérait toujours. Elle aimait par dessus tout ses parents et faisait tout pour qu’ils soient fiers d’elle, ce qui n’était pas très difficile. Sa jeunesse se passa donc dans la félicité et le bonheur total. Tout aurait pou continuer ainsi. Calith aurait vécu, certes une vie simple, mais heureuse. Mais ce ne fut pas le cas. Le jour même de son vingtième anniversaire, le messager ne se contenta pas de l’observer comme il en avait l’habitude mais il alla à la rencontre de ses parents. Ces derniers le reconnurent comme un prêcheur de la magie qui en voulait à leur chère fille et eurent un mouvement de recul défensif. L’homme les rassura d’un geste paisible de la main et expliqua sa venue. D’une voix calme et posée, voici les mots exacts qu’il leur dit :

« Bien le bonjour, bons parents de cette merveilleuse enfant. Je suis envoyée par la princesse Dahut pour vous transmettre ce message. Vous ne seriez pas sans savoir qu’elle a bâtit une ville, nommée Ys, la plus belle ville de ce monde et la capitale de ce pays. La nuit magique dans laquelle naquit cet enfant ne sera pas sans conséquence. Maintenant qu’elle est adulte, ses pouvoirs se manifesteront d’autant plus. La princesse souhaite donc l’avoir à ses côtés, ou du moins la plus près d’elle possible. C’est pourquoi elle vous offre l’une des plus belles des demeures de sa splendide ville et espère vous y trouver le plus vite. Nous serons probablement amenés à nous revoir, je ne vous dis donc qu’un au revoir. »

Les parents, encore sous le choc, laissèrent partir l’inconnu sans un mot. Puis, ils se rassemblèrent, laissant leur fille en retrait, pour décider du choix crucial qu’ils aillaient prendre. Aucun des deux ne croyaient à cette absurdité. Ils faisaient partis des communs, des hommes sans importances et leur fille ne pouvait donc pas détenir ces pouvoirs intrigants. Mais l’offre de la princesse était tentante… Elle leur offrait un avenir sécurisé, sans faille, sous sa protection et de plus dans la capitale ! Ils ne pouvaient refuser ! Ils avaient enfin le moyen de vivre convenablement et de surcroît, d’offrir un futur adéquat à leur bien-aimée petite fille. Ils n’hésitèrent pas longtemps, et après de longues palabres inutiles, ils décidèrent de partir pour Ys dès le lendemain. Ils passèrent la journée à empaqueter leurs maigres affaires, ce qui ne dura même pas une heure entière en fait.

A l’aube de son passage à l’âge adulte, Calith quittait donc sa première demeure. Ses parents avaient sans regret fermer la porte de leur masure à double tour – sans que cela ne servent à grand chose car elle tenait encore à peine sur ses gonds – et il les donnèrent à leur seul voisin – un paysan à la retraire – qui trouverait bien quoi en faire. Ils partirent ainsi, tous les trois réunis vers un futur meilleur. La route ne fut pas très longue, car à cette époque, le pays ne se résumait qu’à un petit territoire centré sur sa capitale. Tous les chemins y menaient donc. Pourtant, ils mirent toute la journée à y parvenir car les deux humains sentaient la vieillesse qui se réveillait et peinaient à marcher plus de quelques heures sous ce soleil de plomb. Mais grâce à l’enthousiasme de leur fille, le voyage se passa sans d’autres encombres que quelques grimaces. Quand ils arrivèrent aux portes de la ville, le messager les attendait, comme s’il savait à l’avance leur décision. Sans un mot, il les conduisit à leur nouvelle maison, une magnifique villa de marbre, et repartit toujours muré dans son silence, laissant là les deux parents ébahis. Quand ils découvrirent l’intérieur de l’habitat, ils passèrent de surprises en surprises, de merveilles en merveilles. Tout n’était que richesses et luxe. Une seule des pièces était déjà plus grande que leur ancienne cabane entière. Prolongeant ce moment magique, ils restèrent assis au milieu de l’escalier central jusqu’à la tombée de la nuit. Ce ne fut pas elle qui les obligea à échapper à ce rêve qui était pourtant une réalité mais la petite qui réclamait son biberon. Aussitôt, les parents s’affairèrent, la firent manger et rangèrent tous leurs objets. Puis, ils dormirent. Mieux que jamais ils n’avaient dormi, dans ce lit si moelleux. Pour Calith, cette nouvelle vie n’annonçait que du bonheur et de la joie..

Le lendemain se passa comme toutes les journées qui suivirent leur entrée à Ys pendant un an. La jeune fille continuait à emmagasiner un immense savoir tout en travaillant un peu pour le compte de la ville. Tout comme auparavant, elle était appréciée de tous et elle se plut vite dans cette ville merveilleuse. Bien entendu, l’espion du roi, qui était maintenant celui de la princesse Dahut l’observait toujours. Mais la jeune femme ne se doutait de rien et donc cela ne pouvait lui nuire. Calith aurait ainsi pu passer sa vie, heureuse, à Ys, bien que toujours surveillée sans s’en douter, mais toutes les histoires ont leur gouttes de malheur. Car en effet, le malheur frappa pour la première fois la jeune fille qui venait tout juste de fêter sa première année écoulée à Ys.

C’était une belle journée de printemps et la jeune fille revenait du marché, où elle allait tous les matins acheter de quoi préparer les succulents repas de sa famille. Quand elle était rentrée chez elle, elle avait été de suite frappée par l’atmosphère pesante qui régnait à l’intérieur. Un silence total faisait écho à son entrée. Inquiète, elle parcourut la maison entière en quête de ses parents, toujours chargée de ses encombrants achats. Quand elle arriva à leur chambre, elle se figea de stupeur puis immédiatement de tristesse. Ils étaient là, tous les deux, allongés dans leur lit. Ce matin, ils ne s’étaient pas réveillés. Calith lâcha son panier rempli à ras bord et se laissa envahir par ce chagrin insoutenable. Une pomme roula à terre et se glissa sous le lit. Elle s’approcha de celui-ci mais ne fit aucun geste pour récupérer le fruit. D’une main douce et délicate, elle caressa le visage de ses défunts parents. Ils étaient froids, aussi froids qu’une pierre. Mort les avait probablement déjà envahi depuis bien des heures… Et pourtant, elle n’arrivait pas à admettre l’inévitable. Tout en pleurant toutes les larmes de son corps, elle leur parlait. Elle leur disait tout ce qu’elle n’avait jamais si leur dire, son amour infini, sa fierté absolue, son besoin de leur présence. Jamais l’homme encapuchonné qui l’observait n’avait entendu autant de sincérité. Il s’approcha d’elle lentement, la pris par les épaules et l’emmena au Palais de la Princesse Dahut. Ils étaient dans une des riches chambres et l’homme parla une nouvelle fois à Calith. Il lui dit, sur un ton sobre exprimant ses condoléances :

« Tes parents nous ont quitté, Calith. Tu dois aller vers l’avenir et ne pas te laisser envahir pour le passé. Tu ne peux donc pas continuer à vivre dans la demeure de tes parents mais celle-ci restera à toi. Dahut, notre princesse t’offre un post de conseiller et t’invite à loger ici-même. Fais moi part de ta réponse le plus vite possible. »

Il tourna les talons et s’approcha de la porte. Au dernier moment, Calith le retint et lui apprit qu’elle acceptait cette proposition. Puis, elle le congédia et se laissa aller par sa peine pendant plusieurs journées. Jusqu’au jour où la princesse fit appel d’elle. Calith se rendit donc immédiatement dans la pièce centrale du palais, la plus grande et la plus luxueuse. Qu’elle ne fut sa surprise quand elle aperçut qu’elle était simplement peuplée par la princesse et ses deux autres conseillers. Ils étaient tous là pour résoudre un problème d’Etat, pas très important pour la suite. Il suffit simplement de dire qu’ils réussirent haut la main, et que depuis, tous quatre formèrent un groupe d’amis indissociables. La vie avait repris son cours à Ys, Calith était enfin heureuse, bien qu’elle songe encore parfois avec nostalgie à ses parents. Encore un fois, l’histoire aurait pu s’arrêtait là mais bien entendu, ce ne fut pas le cas. Les trois amis de la princesse étaient inquiets. Il savait que beaucoup d’hommes visitaient son lit sans que personne ne les revoit. Ils auraient du agir, interrompre cette folie mais ils n’osèrent, de peur de l’offenser et de perdre son amitié. Et un jour, ils le payèrent tous. Un homme, d’apparence comme les autres avait aussi profité de Dahut. Au même moment, l’océan qui entourait Ys se déferla dans les villes. Tous crurent que la fin du monde était arrivée et pourtant, un instant plus tard, ils se retrouvaient tous au sommet d’un pic. Les conseillers, éberlués, ne firent pas le rapprochement entre ce miracle et la venue de l’homme de Dahut. Comme tous les autres, on ne l’avait pas revu, alors ils n’allèrent pas chercher plus loin. Le temps passa et la princesse décida de se marier avec un jeune homme issu d’un des peuples qui était apparu après la catastrophe. Les fiançailles furent grandioses et tout le peuple était venu les célébrait. Peu de temps après, elle tomba enceinte. Elle essaya de dissimuler cette grossesse, pour on sait quelle raison, mais ses trois amis découvrirent vite l’heureuse nouvelle. Dahut décida alors de révéler toute la vérité à ses conseillers qui lui avaient toujours été fidèles. Elle leur avoua avoir été bernée par un homme, celui qui avait provoqué ce changement de paysage. Elle leur apprit que ce dernier les avait sauvé en échange de son premier enfant, celui qui ne tarderait pas à venir. Et enfin, elle leur fit don de tous ses extraordinaires pouvoirs que l’inconnu lui avait transmis. En ultime faveur, elle leur demanda de l’apprendre à de jeunes gens doués pour la magie afin de protéger Ys contre tous. Le lendemain, elle avait disparu. Tous essayèrent de la retrouver, en premier ses trois amis pour qui la peine était immense. Les recherches furent veines, c’est pourquoi ils se réunirent pour un dernier conseil. Ils décidèrent ensemble d’exaucer le dernier vœu de la princesse, et de parcourir les terres afin de trouver un apprenti. Auparavant, ils créèrent une Guilde pour garder contact. Autour d’eux, une Confrérie de Chevaliers avait aussi vu le jour. Et ils se séparèrent et partirent chacun de leur côté.

Aujourd’hui, Calith continue son périple et n’a toujours pas trouvé l’enfant à qui elle enseignera la magie. Elle parcoure les multitudes terres d’Ys pour accroître son savoir. Elle glane parfois quelques informations sur Dahut et espère toujours la retrouver. Parfois, elle rencontre ses ennemis, ceux qu’on dit envoyés du Diable. Pour eux, elle n’a pas de pitié, mais ce n’est pas là son objectif premier. Enfin, l’aventure continue et n’est pas sur le point de s’achever…


Dernière édition par Calith Nealyn le Sam 10 Mai - 23:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denelyss
Coeur de Corbeau
avatar

Messages : 92
Date d'inscription : 27/04/2008
Age : 36
Localisation : Henaïm - Peuple des Plaines

MessageSujet: Re: Calith Nealyn   Sam 10 Mai - 18:53



Bienvenue !




_________________
Fiche personnage


Dernière édition par Denelyss le Sam 10 Mai - 20:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Calith Nealyn   

Revenir en haut Aller en bas
 
Calith Nealyn
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Keoded-loar :: Administration :: Présentation :: Présentation validées-
Sauter vers: